Critique de bande dessinée - Transformers: Lost Light # 11

Ricky Church passe en revue Transformers: Lost Light # 11…

 Transformateurs-Lost-Light-11-600x910

Depuis que Rodimus et Megatron ont été trahis par Getaway et le reste de Lost Light en Transformers : Plus qu'il n'y paraît #50 , il restait beaucoup de questions sur la façon dont la mutinerie s'est déroulée et sur ce que les mutins savaient exactement étant donné qu'il y avait de nombreux personnages qui ne semblaient pas avoir vécu un tel acte. Transformateurs : Lumière perdue #11 tire le rideau sur certaines de ces questions en montrant enfin aux lecteurs les événements qui ont précédé et directement après la mutinerie de Getaway.



Roberts présente ici une bonne histoire alors que Getaway raconte la plupart des événements à une fête inconnue. Cela a donné à la question un narrateur un peu peu fiable, mais Getaway s'est avéré beaucoup trop narcissique et arrogant pour se faire croire une fausse histoire. Le problème fait en fait de Getaway un personnage beaucoup plus intéressant et un antagoniste convaincant, montrant qu'il se passe plus dans son esprit qu'un simple jeu de pouvoir.

Les réponses qui sont données sur la façon dont Getaway a accompli le coup et retourné tant d'Autobots fidèles contre Rodimus sont non seulement les bienvenues, mais ont beaucoup de sens dans la longue histoire de Roberts sans se sentir trop alambiquées. Encore une fois, cela aide à montrer la ruse de Getaway alors qu'il manipulait plusieurs Autobots en ne les remplissant pas sur l'ensemble de son plan. Le fait qu'aucun des autres bots ne savait qu'ils envoyaient Rodimus et Megatron à une mort potentiellement très douloureuse rachète certains d'entre eux, bien que certains autres bots, tels que Blaster, Perceptor et Hound, semblent encore un peu hors de caractère pour s'être mutinés comme ce.

Le numéro précédent a également montré à quel point Getaway était tombé, car il a été révélé qu'il avait mutilé une partie de l'équipage qui avait résisté à son règne sur le navire. À l'époque, il semblait que c'était un pas trop loin, mais ce numéro a réussi à montrer que ce n'était pas du tout un pas trop loin pour Getaway, affichant sa «logique» en livrant un groupe d'Autobots comateux à un destin cruel. tout en effaçant les souvenirs de beaucoup d'autres juste pour assurer sa position.

L'art de Jack Lawrence est bien fait tout au long du numéro, ce qui rend l'apparence de chaque bot distincte. Il a fait un travail particulièrement bon en transmettant la confiance et la panique de Getaway en fonction de la situation. Les couleurs de Jonna Lafuente complimentaient le travail de Lawrence, faisant ressortir de nombreuses images de la page tout en utilisant un joli mélange de lumières et d'obscurités alors que la moralité de Getaway (ou son absence) glissait de plus en plus vers le bas.

Transformateurs : Lumière perdue #11 était un bon numéro qui équilibrait très bien les réponses et le développement du personnage avec de belles illustrations en vedette. Roberts a transformé Getaway en un antagoniste convaincant que vous voulez juste voir démoli. Espérons que Rodimus et les autres le rattraperont plus tôt que plus tard.

Note : 8/10

Église Ricky

A Propos De Nous

Les Dernières Nouvelles De Cultures Pop, Critiques De Films, Programmes De Télévision, Jeux Vidéo, Bandes Dessinées, Jouets, Collecte D'Articles ...