Critique de bande dessinée - WWE Survivor Series Special # 1

Liam Hoofe commente Boum ! Bandes dessinées WWE Survivor Series Special…

  WWE-Survivor-Series-2017-Special-1-1-600x923

En août, quand j'ai passé en revue Boom! Studios' Spécial WWE SummerSlam , j'ai terminé la critique en déclarant que j'espérais que l'entreprise continuerait à fournir ces petites éditions remplies de nostalgie pour chacun des grands événements. Les «quatre grands» événements de lutte – Royal Rumble, WrestleMania, SummerSlam et Survivor Series – ont tous une histoire riche, qui est mûre pour être explorée dans les pages d'une bande dessinée. Survivor Series, les quatre derniers grands événements de l'année, est peut-être le plus intéressant à explorer. L'événement est devenu synonyme de surprises, de débuts, de grands retours et bien sûr de boulots.



Boom! Studios a conçu avec amour six de ces histoires pour leur premier S Série urvivor spécial, explorant les grands événements du passé de l'entreprise. Ont-ils rendu justice à ces contes? Nous allons jeter un coup d'oeil…

La baise à Montréal

Il y avait une histoire qui était garantie de faire la bande dessinée, et c'est le Montreal Screwjob, sans doute l'événement le plus controversé de l'histoire de la lutte. 20 ans après l'incident emblématique, et les fans du monde entier passent encore beaucoup de temps à disséquer les événements de cette nuit-là.

Boom! a fait un travail assez solide pour retracer les événements de cette nuit-là. Le tout est raconté du point de vue de Shawn et la relation entre Bret et Shawn est bien centrée. Ce que l'histoire choisit de rejeter, cependant, c'est l'implication de Shawn dans l'incident, avec lui agissant tout aussi surpris que Bret lorsque la cloche sonne. Se concentrer sur la bataille interne de Shawn en direction du ring aurait vraiment pu ajouter beaucoup à cette histoire, et cela laisse parfois le tout un peu confus.

L'art-ork ici, comme c'est le cas dans la plupart des bandes dessinées, est malheureusement assez incohérent. Shawn a fière allure dans certains cadres, tandis que dans d'autres, il a l'air méconnaissable; il y a aussi une scène où il lui manque un nez, ce qui est dommage. Les trucs sur le ring sont super, cependant, et la tenue de ring de Michaels est bien réalisée.

Début

De nombreux lutteurs emblématiques ont fait leurs débuts à Survivor Series, et en choisir un sur lequel se concentrer a dû être une décision délicate. Il semble, cependant, que cela se résumait à la star la plus pertinente en ce moment - Kurt Angle.

Bien que Debut ne soit qu'une courte histoire, c'est certainement la plus impressionnante d'un point de vue visuel. L'histoire voit Angle raconter ses débuts dans ce qui semble être une émission de radio, et la ressemblance avec Kurt Angle que nous voyons le lundi soir est presque troublante. Un grand crédit doit être accordé à l'illustrateur Rodrigo Lorenzo ici. C'était une belle histoire. J'aurais juste aimé que ça dure un peu plus longtemps.

En bas de la trappe

Le seul début de la série Survivor que la WWE veut probablement que vous oubliez est le Gobbledygooker. L'époque où un oiseau géant a éclaté d'un œuf n'est guère à la mode avec les arrivées de The Undertaker, Kurt Angle et The Shield, mais Boom ! décidé que c'était le cas, alors le voici.

Je veux dire, je ne sais pas vraiment ce que je suis censé dire à propos de cette histoire? C'est complètement ridicule. Probablement l'histoire la plus aléatoire que vous rencontrerez dans l'une de ces bandes dessinées, et bien, je suppose que c'est la lutte. Faites de celui-ci ce que vous voudrez.

1 minute 26 secondes

De toutes les histoires de cette collection, celle que j'avais le plus hâte de regarder était de 1 minute et 26 secondes. Pourquoi? Jetez simplement un coup d'œil à cette magnifique pochette de Rahzahh – Goldberg et Brock Lesnar sont magnifiques (cependant, je ne sais toujours pas pourquoi Naomi et Nia Jax sont là-bas?). Malheureusement, les représentations de Brock et Goldberg sont loin d'être aussi impressionnantes dans cette histoire. Goldberg semble toujours bien, mais Brock ne tient pas ses promesses. Brock semble avoir été un problème pour de nombreux artistes travaillant sur ces bandes dessinées, ce qui est vraiment dommage car sa présence surhumaine pourrait faire un personnage de bande dessinée génial.

L'histoire elle-même est un joli petit rappel de l'un des plus gros chocs de la WWE ces dernières années. L'action sur le ring est bien reconstituée, tout comme la surprise du public face au résultat.

La racine de tous les méfaits

Alors que The Undertaker est surtout reconnu pour sa séquence inégalée de Wrestlemania, le prochain plus grand événement dont il est synonyme est Survivor Series. Le Deadman a fait ses débuts à l'événement en 1990 et a participé à de nombreux moments emblématiques de l'événement depuis.

Cette histoire choisit de se concentrer sur ses débuts en 1990, et plus précisément sur les événements kayfabe qui ont eu lieu avant lui. Nous voyons essentiellement Ted DiBiase traquer Taker dans Death Valley et le recruter dans son équipe pour Survivor Series. Tout cela est un peu hokey, mais c'est ce qui a rendu la lutte dans les années 90 si amusante, et cette histoire parvient parfaitement à capturer cela. L'illustration est, pour la plupart, assez cohérente, et cela, aux côtés de 'Debut', a été le point culminant de la bande dessinée pour moi.

Le bouclier : appelé

Les débuts de The Shield à Survivor Series 2013 ont été l'un des meilleurs moments de Survivor Series de ces dernières années, et ce n'est pas une surprise, compte tenu de l'attention portée au trio par Boom! à les retrouver dans les pages de cette édition. Malheureusement, cependant, le fait même qu'ils se soient tellement concentrés sur eux auparavant est la chute de cette histoire.

Bien que l'histoire elle-même fasse un bon travail en ajoutant du kayfabe aux bouffonneries des coulisses avant leurs débuts, et qu'elle ajoute également une belle petite touche de kayfabe, je n'ai pas pu m'empêcher de penser au meilleur travail de l'entreprise dans leur série en cours basée sur Le bouclier. Un autre problème ici était également l'œuvre d'art, les trois personnages ne ressemblant vraiment pas du tout à leurs homologues réels.

Verdict : Série spéciale Survivor #1 est un vrai sac mélangé. D'une part, il y a de belles histoires (Debut, The Root of all Evil) et de beaux moments nostalgiques, mais d'autre part, la bande dessinée est truffée d'illustrations incohérentes et parfois de narration faible.

Évaluation: 6/10

Liam Hoofe est un enseignant et un écrivain qui vit à Madrid. Vous pouvez le suivre sur Twitter @liamhoofe

A Propos De Nous

Les Dernières Nouvelles De Cultures Pop, Critiques De Films, Programmes De Télévision, Jeux Vidéo, Bandes Dessinées, Jouets, Collecte D'Articles ...